Biographie d'Alex METAYER

De retour en France, la famille Métayer continue de se passionner pour l’Opéra et l’Opérette. Alex a 17 ans. "… La musique ? C’est la passion totale, j‘ai consacré plus de dix ans à l’étude de la musique. Purcell est un de mes compositeurs préférés, j’aime son lyrisme et sa luminosité… ". Il fait le conservatoire, études de piano et de direction d’orchestre. Il remporte un premier prix de conservatoire de clarinette. Musicien au chômage, c’est le début des petits boulots de survie : représentant en confiserie, rédacteur juridique, vendeur aux Galeries Lafayette ( rayon mouchoirs), musicien au Cirque d’Hiver, animateur au Club Méditerranée. Il a photographié son petit monde, il a enregistré l’absurde qui souvent flirte avec la candeur dans les conversations quotidiennes et de ces expériences. Alex tire une des substances moelle de son art.

Dans les années 1960, il commence à Jazzer. Il joue du saxophone dans une formation De jazz . (Photos d’Alex jouant). L’écriture fait partie de sa vie, il compose des textes qu’il joue pour permettre aux musiciens de son orchestre de faire la pause. Ses intermèdes déclenchent l’hilarité, le public semble préférer son humour à la musique. C’est la fin des petits boulots de survie. De 1964 à 1970 Alex Métayer passe dans tous les cabarets. " J’ai vite bidouillé un petit spectacle, que j’ai joué à l’Ecluse, où passait aussi Barbara. Elle m’a présenté à Brassens, qui m’a engagé en première partie à Bobino, puis en tournée ". 1964 Bobino avec Georges Brassens. 1965 Olympia avec Enrico Macias. 1970 Bobino avec Georges Moustaki. Puis, une période vagabonde de 1971 à 1974. Il anime une émission sur France Inter " L’oreille en coin " au cour de laquelle il ridiculise le show Bizz. Il écrit et tourne comme réalisateur un court métrage " La vie des seins ". Joue et chante " La belle Hélène " d’Offenbach à l’Opéra de Genève. Puis, c’est le retour au théâtre. Alex Métayer écrit une pièce pour quatre personnages, refusée car trop chère par tous les théâtres, alors il l’adapte pour deux personnages, toujours refusée, il en fait alors une pièce pour un seul homme et la présente au café-théâtre " Les Blancs Manteaux " sous le titre " Mémoires d’un amnésique ". Il découvre ainsi une forme d’écriture et de jeu scénique qui lui conviennent en dépassant le cadre du simple sketch. Ont suivi : 1976 : " T’as pas un moment ? " Aux Blancs Manteaux. 1977-78 : " Nous, on s’aime ". A la Cour des Miracles et repris Aux Blancs Manteaux. 1978 : " La vie en V.O " Au Théâtre des Mathurins 1979 : " Merci Disco " Au Théâtre de la ville 1981 : " Y’a un malaise " Au Théâtre de la Potinière 1983 : " Les femmes et les enfants d’abord " A Bobino 1985 : " Liberté chérie " Au Casino de Paris 1986 : Ecriture d’une comédie tirée d’un fait divers intitulée " Mohamed Bertrand : Duval. Il écrit ce scénario mais ne trouvant pas le financement pour ce sujet, considéré par les producteurs comme trop dur, il a le temps d’écrire en 1987 un autre film : " Le bonheur se porte large ".

1988 : Il réalise son premier film " Le Bonheur se porte large " 1990 : Spectacle " Moral d’Acier " Au casino de Paris et à l’Olympia 1990 : Il réalise et produit son deuxième film " Mohamed Bertrand Duval " 1993 : Spectacle " Opéra Comique " à l’Opéra Comique. Prix SACEM 1995 : Ecriture de la pièce de théâtre " Aimez-moi les uns les autres " 1996 : Pièce de théâtre " Aimez-moi les uns les autres " au théâtre du gymnase 1997 : Spectacle " Famille je vous "haime" " au Casino de Paris 2000 : Spectacle " Perd la tête " au théâtre du Palais Royal 2002 : Ecriture de la pièce de théâtre " Les Acariens " Inédite 2002-03 : Ecriture du spectacle " Le clone d’Alex " Inédit.

Alex Métayer nous a quitté le 21 février 2004.