Naissance artistique d'Alex Métayer

Alex embarque sur le "Ville d’Alger" dans le port de Marseille. Il a alors 6 ans. Nous sommes en 1936, son père est muté à la base aérienne de Blida. "Nous étions une grande famille, 3 filles et deux garçons, le contingent devait grossir quelques mois après avec la naissance du petit dernier."

A l’école, Alex campe un personnage hors pair : Le justicier qui défend les plus faibles. "Il prenait son rôle très au sérieux, les écoliers de Blida le surnommait "Zorro spaghetti" parce qu’il était très maigre". Ce qui le révolte c’est la manifestation de l’autorité, de la force et de la puissance sous toutes ses formes. Très jeune, Alex révèle son caractère de révolté mais il peut aussi se montrer plein de fantaisie, attachant et charmeur. C’est un autre Alex qui bondit sur une table pour chanter du Charles Trenet, il imite Fernandel et raconte des histoires de chansonnier avec l’accent pied-noir.

Alex est marqué par ce père fantaisiste au prénom provocateur "Xandro" qui ne cesse de rêver d’être comédien à plein temps et de quitter un jour l’Armée. Néanmoins, Xandro obtient l’autorisation de se produire au théâtre de Blida avec une troupe composées de quelques copains. Dans cette modeste troupe se distingue un jeune artiste, plein de talents, qui n’est autre qu’Alex. Un jour, Xandro décide d’élargir son public et de faire connaître sa troupe au-delà de Blida, dans les villages environnants. Il emprunte deux chars à bancs à un colon et c’est la conquête de l’ouest ! En réalité la merveilleuse chevauchée de déroule au petit trot et sur un parcours de 10 à 15km . "Nous traversions le village sous les banderoles de bienvenue, accueillis par la fanfare. Malgré ce déchaînement de rires, de cris, de gesticulation, Alex gardait son sang froid. Déjà très pro ! Quand son tour venait, il entrait en scène avec assurance, apparemment sans trac".

A force d’obstination, Xandro décroche le rôle du comique dans les opérettes. Il obtient cet engagement à l’Opéra d’ Alger. Il travaille dur avec un professeur de chant et embauche Alex, âgé de 14 ans, pour lui faire répéter ses textes. Planqué dans la loge de l’électricien, Alex a le grand privilège de pouvoir à la fois admirer les spectacles et observer ce qui se passe en coulisse."Mon père m’y amenait souvent. C’est lui qui m’a donné le virus du spectacle et de la musique. Il était radio navigant dans l’armée et menait, parallèlement et clandestinement, une carrière de comédien. Ma société de films porte son nom de scène, Xandro…" Alex gardera l’odeur des coulisses de l’opéra d’Alger.